DESTINATION

HISTOIRE ET
TOPONYMIE DE LA VILLE

La ville, également nommée Port de Manacor, est occupée depuis la préhistoire, comme le montrent les vestiges de la navette de Son Moro et le site archéologique de Sa Gruta. Des preuves d’occupation durant les périodes talayotique, romaine et musulmane subsistent également dans la grotte du Drach.
Le site a été utilisé comme port depuis l’époque romaine (ainsi que l’a révélé la découverte d’une épave romaine). Au Moyen Âge, céréales et vivres étaient débarquées dans l’anse, bien abritée, mais au cours des XVIe et XVIIe siècles, elle semble avoir été abandonnée, probablement en raison des incursions menées par les pirates d’Afrique du Nord.
À la fin du XIXe siècle, une douane a été créée pour la perception des droits d’exportation des vins, et un détachement de carabiniers a été établi pour contrôler la contrebande sur la côte. À cette époque, des navires reliaient chaque semaine Portocristo à Barcelone, Sète et Marseille, mais la crise du phylloxéra, qui a frappé l’île à partir de 1891, a totalement paralysé l’activité commerciale, entraînant la fermeture du port.
En 1873, un noyau résidentiel, nommé Nuestra Señora del Carmen, puis Portocristo, a été fondé sur le site. Consolidé entre 1910 et 1925, il est alors devenu un important centre de villégiature.
L’activité touristique a commencé dès les dernières décennies du XIXe siècle, favorisée par la visite des grottes des alentours.
Le nom du site remonterait à 1260, lorsqu’un bateau de pêcheurs italiens, qui transportait un christ et une statue de la Vierge à l’enfant, est parvenu à gagner la côte après une tempête. Les marins ayant fait la promesse d’offrir les statues s’ils arrivaient sains et saufs sur l’île, ils s’en s’acquittèrent et Portocristo leur doit son nom. Selon la légende, le christ offert par les pêcheurs est celui qui est encore vénéré dans l’église de Notre-Dame des Douleurs, à Manacor.

Pourquoi Som Dona?

Som Dona est le premier hôtel de destination de vacances conçu par et pour les femmes. Idéalement situé sur la côte est de l'île, à proximité des plus belles plages et à deux pas des grottes du Drach, l'une des principales richesses naturelles de Majorque, constituées de quatre grottes souterraines creusées au fil des millénaires par la mer et reliées entre elles par un lac spectaculaire.

SITES À VISITER

Grottes du Drach et des Hams

La visite de ces grottes, les plus connues de Majorque, est incontournable.
Les grottes du Drach, qui contiennent des traces d’occupation humaine depuis la Préhistoire, sont formées par un ensemble de cavités qui s’étendent sur 1 700 mètres, avec une douzaine de salles et 6 lacs, notamment le lac Martel, l’un des plus grands lacs souterrains au monde.
Le premier relevé topographique des grottes a été réalisé en 1880 et l’archiduc Luis Salvador a parrainé en 1896 leur exploration scientifique, dirigée par Édouard-Alfred Martel, qui en a dressé le plan définitif.
Les grottes des Hams ont été découvertes en 1905 par Pere Caldentey, propriétaire des terrains sur lesquels elles se trouvent. Elles comprennent aussi quelques lacs d’eau salée, entre autres le lac Mar de Venecia, et une dizaine de salles, telles que la salle du Sueño de un ángel (rêve d’un ange) dont les stalagmites adoptent des formes étranges comme celles de hameçons (hams en catalan) auxquels elles doivent leur nom.
Au bout de la promenade qui longe la plage de Portocristo, au niveau de la mer, d’autres grottes, les Coves Blanques, ont été habitées vers la fin du XIXe siècle par des pêcheurs et ont constitué le premier habitat de la zone.

Boulangerie Can Munar, pâtisserie Can Roca et boulangerie-pâtisserie Can Terés

Ces trois établissements proposent les pâtisseries originaires de Manacor : sospiros, amargos et le pastís de pobre.
Les sospiros (soupirs) sont préparés avec de la farine de blé, du sucre, des œufs, de la cannelle et des zestes de citron. Seule la boulangerie Can Munar les prépare, selon une recette traditionnelle transmise de génération en génération.
Les amargos doivent leur nom aux amandes amères avec lesquels ils étaient autrefois élaborés. Ils étaient réservés aux jours de fête, comme la Noël ou la Saint-Antoine.
Le pastís de pobre (gâteau du pauvre), créé par la pâtisserie Can Roca de Manacor, doit son nom à la simplicité de ses ingrédients : pâte feuilletée et crème pâtissière. Le gâteau se compose de deux couches de crème entre trois couches de pâte feuilletée. Il est recouvert d’une crème au jaune d’œuf caramélisée, et ses côtés sont enrobés de noix de coco râpée.

Tour du Serral dels Falcons

Cette tour de guet et de défense est située au bout de l’avenue Joan Servera. Selon les données historiques, elle a été érigée très rapidement en 1577. La tour comptait deux vigies à partir de 1693. À la fin du XVIIIe siècle, l’édifice était en très mauvais état. En 1936, la tour fut partiellement détruite au cours des bombardements des forces franquistes. Les propriétaires des terrains environnants l’ont reconstruite en 1960.

Excursions

Le territoire municipal de Manacor, sur lequel se trouve Portocristo, offre la possibilité de réaliser une multitude d’excursions, dans l’intérieur ou sur le littoral.
Vous pourrez remonter la côte, de Portocristo à Cala Morlanda, en passant par le site archéologique de Sa Ferradura, situé à 15 minutes environ de Portocristo ; cet itinéraire de 3 km qui dure à peu près une heure et quart, permet de contempler quelques-unes des plus belles plages sauvages de la région, comme Cala Petita et Es Caló d’en Rafalino.
Un itinéraire à vélo emprunte diverses routes secondaires pour arriver à Manacor et au hameau de Son Carrió, avec la possibilité de faire plusieurs haltes intéressantes tout au long du trajet. Le parcours de 29 km dure environ une heure quarante, sans compter les arrêts.

Plages

La plage de sable fin de Portocristo s’étend sur 250 mètres. On y trouve tous les services (location d’engins nautiques, transats, restaurants et boutiques) et un accès pour les personnes à mobilité restreinte.
Les personnes en quête de tranquillité trouveront dans un rayon de 4 km quelques-unes des plus jolies criques sauvages de Majorque telles que Cala Petita, El Caló d’en Rafalino ou Cala Murta, nichées dans un magnifique cadre naturel.

5 ACTIVITÉS INCONTOURNABLES À PORTOCRISTO ET SES ALENTOURS

  • Dénicher des produits intéressants sur le marché d’artisanat qui se tient le dimanche matin sur le Paseo de la Sirena
  • Assister à la procession marine de Notre-Dame du Mont-Carmel (16 juillet)
  • Goûter les pâtisseries typiques de la région de Manacor
  • Visiter les grottes du Drach et assister à un concert de musique classique à l’intérieur des salles.
  • Se détendre sur l’une des plages des environs de Portocristo.